Actualites

Et les nominés sont…


Les festivaliers invités, partenaires et organisateurs du 10ème FIFO ont été conviés samedi 9 février à un cocktail organisé par France Télévisions au Musée de Tahiti et des îles. Les personnalités ont ainsi pu visiter l’exposition « cook 1.2.3 » puis assister à un moment marquant de ce début d’année : Manouche Lehartel a en effet remis à cette occasion l’insigne d’officier de l’Ordre National du Mérite à Heremoana Maamaatuaiahutapu, directeur de la Maison de la Culture ; et c’est Flora Devatine qui a eu le privilège d’épingler ce petit ruban bleu à Michèle De Chazeaux, productrice, animatrice et membre de l’AFIFO. Les discours prononcés ont permis de rappeler le parcours et l’engagement au service de la culture de ces personnalités bien connues à Tahiti. Emotion et fierté étaient au rendez-vous, aussi bien chez les intéressés que chez le public, restreint mais attentionné !

Place ensuite à un autre registre, avec la projection du film « The Orator » (O Le Tulafale), primé lors du Festival de Venise 2011, premier film entièrement parlé en Samoan et surtout premier long-métrage du réalisateur d’origine samoane Tusi Tamasese. Un drame intimiste très poétique, plein de mélancolie et de finesse qui explore le poids des traditions dans un petit village des Samoa. Léon Narbey, directeur de la photographie néo-zélandais très connu (« The price of milk », « Whale rider ») a travaillé sur ce film. Il est présent pour ce 10ème FIFO en tant que membre du jury. Son rôle dans la réalisation de « The orator » ? « Permettre au rêve du réalisateur de devenir réalité », affirme-t-il.

Ce grand monsieur du cinéma néo-zélandais, qui a fait une école d’art, « dessine » les films avec sa sensibilité artistique particulière, délicate et chatouilleuse comme un pinceau. Lumières, plans, décors, mouvements, il capte tout en subtilité les émotions les plus complexes. Peu de discours dans ce film mais une véritable « musique visuelle », comme le souligne très justement Léon Narbey. Son exigence et sa grande expérience du monde de l’audiovisuel vont beaucoup servir au jury de ce 10ème FIFO.

« The Orator » (O Le Tulafale)

Ce film est une fable contemporaine sur l’exclusion, le courage, le pardon et l’amour. Entouré de sa femme Vaaiga et de sa fille Litia, l’humble Saili mène une vie modeste dans un village traditionnel de l’archipel des Samoa. Contraint de protéger sa terre et sa famille – Vaaiga a été bannie de son village – Saili doit affronter le mépris des autres (il est nain), ses peurs et imposer sa voix pour défendre ceux qu’il aime.

Tusi Tamasese

Né à Samoa, il arrive en Nouvelle-Zélande à 18 ans avec l’intention d’aller à l’Université mais commence par travailler comme ramasseur de patates. Puis il parvient à intégrer la New Zealand Film School, l’Université Victoria de Wellington et l’Université de Waikato. Il écrit et réalise son premier court-métrage « Va Tapuia » (Sacred Spaces) en 2009. « The Orator » est son premier long-métrage.

IB