Actualites

Le FIFO, ambassade de l’Océanie, est ouvert

2015-02-03-OUVERTURE FIFO (41)Le FIFO a officiellement ouvert ses portes ce mardi 3 février. A 8 heures du matin, les officiels, les membres du jury, les professionnels et autres invités ont partagé, en toute convivialité, cet instant.

“Fifo, fifo, fifo, fifo !”, l’hymne du Fifo a envahi le paepae de la Maison de la culture, un hymne entêtant, joyeux, volontaire et dynamique à l’image du festival. Ce mardi matin, les officiels, le jury, les professionnels de l’audiovisuel et nombre d’invités se sont donné rendez-vous pour l’ouverture officielle du festival. En toute décontraction, les discours se sont succédés avec un message fort, celui de faire du Festival une ambassade de l’Océanie, de faire du festival un endroit de partage. “Lorsque l’on regarde ce qui se passe autour de nous, dans le monde, c’est un privilège de se sentir bien ensemble. Comme ce matin. Ensemble pour partager images, projets et paroles”, souligne Wallès Kotra, le président de l’AFIFO (l’association organisatrice du festival). Manouche Lehartel, elle, a rappelé, au nom du maire de la commune de Papeete, Michel Buillard, qu’autrefois les peuples d’Océanie se rencontraient et échangeaient plus facilement qu’aujourd’hui : “Le FIFO est, à présent, une des passerelles entre les pays de l’Océanie.”, conclut-elle

“Le FIFO est devenu une force pour les Océaniens”, enchaîne dans son discours le président du Pays, Edouard Fritch, qui rappelle également que le Festival est un événement culturel majeur pour la Polynésie française et d’ironiser sur le fait que le festival a toujours fait l’unanimité auprès des différents gouvernements qui se sont succédé ces dernières années. C’est sans doute parce que le FIFO “rend visible l’Océanie dans sa diversité, dans sa complexité. (…) Avec un regard parfois tendre, parfois critique. La force du FIFO, c’est aussi de dépassionner des sujets difficiles.” Une idée que rejoint le Haut-commissaire de la République en Polynésie française, Lionel Beffre. Celui-ci a souligné que participer au FIFO, “c’est apprendre sur les grands enjeux de société.”

Passerelle, ambassade, partage, mais aussi capacité à se projeter vers l’avenir. Pour Michel Kops, directeur des Outremers 1ères au sein de France Télévisions, le message du FIFO est aussi de se tourner vers les nouvelles technologies : le numérique et la télé de demain auront une place importante  dans ce festival. “C’est un regard de perspective” a-t-il affirmé dans son discours. Lieu de rencontre pour les professionnels, il est question, là encore, d’ouverture sur le monde, de partage de connaissance, de réseau.

Le mot de la fin est revenu à un professionnel justement, au réalisateur et président du jury Jan Kounen. Il l’a assuré : “ le festival n’a pas encore commencé, mais c’est déjà une belle aventure”. Lui qui, quelques jours plus tôt, découvrait les requins et les raies de nos lagons s’est dit émerveillé. “Je ne suis jamais rentré dans un festival de cette manière, en me jetant dans cette nature si puissante.” Et déjà, l’homme est emporté par l’hymne énergique du Fifo.“Fifo, Fifo, fifo, fifo !”

Alexandra Sigaudo-Fourny