Actualites

MARATHON D’ECRITURE – “Libérez-moi” des scénarios !

marathon écritureLe marathon d’écriture de scénario s’est déroulé jeudi 9 février toute la journée. Neuf personnes se sont inscrites au concours. A la clé, le scénariste en herbe remportant le prix du meilleur scénario se verra offrir un billet d’avion pour une destination internationale.

 

Dès 8 heures, les festivaliers, ont été mis dans le bain. Jacques Navarro, Pascale Berlin-Salmon et Sydélia Guirao ont encadré les futurs scénaristes. Les participants ont découvert le thème du marathon à leur arrivée. Et il était de taille : “Libérez-moi”.

 

A chacun son interprétation de la liberté. Pour Martine, le thème ne l’a pas emballée de suite : “C’est dur pour moi qui suis une femme libérée” ! Pour d’autres, le sujet a de suite passionné. Eva, du haut de ses 15 ans explique : “A la base je voulais devenir actrice mais j’adore aussi écrire des histoires. Là, c’est la première fois que j’écris un scénario. J’ai participé à l’atelier d’écriture et ça m’a vraiment plu, alors je me suis lancée pour le marathon. Le thème « Libérez-moi » m’a vraiment inspirée. J’ai rédigé un scénario autour du harcèlement moral. C’est un thème qui me tient beaucoup à cœur. Je l’ai subi, du coup le thème m’a inspiré. Quelque part, c’est aussi pour faire passer un message.”

 

Harcèlement moral, histoire de famille, de travesti… chacun y est allé de sa plume. Un exercice pas toujours facile pour tout le monde. Marie plaisante : “C’est la première fois que je viens au FIFO car je viens d’arriver au fenua. J’ai découvert qu’il y avait un marathon et je me suis lancée. Pour le thème “Libérez-moi”, j’ai proposé un premier sujet à mon parrain, Jacques Navarro, et il m’a dit que c’était trop tarte à la crème”. Et de poursuivre : “Du coup, je suis partie sur complètement autre chose. Un sujet qui touche ma famille, sur l’histoire de mon arrière-grand-mère qui a perdu son mari quand elle avait moins de 30 ans et elle avait quatre enfants. Sur son lit de mort, il lui a fait promettre de ne jamais se remarier. Donc quand on parle de perte de liberté, en voilà un bel exemple.”

 

A l’issue de la journée, peu avant 18 heures, tous les participants ont rendu leur copie pour être scrupuleusement lus par un jury.

Une journée très productive et passionnante autant pour les festivaliers que pour les parrains. “Il y a des choses passionnantes, étonnantes et parfois des choses très personnelles. Les premiers scénarios sont souvent personnels, on colle au personnage, c’est de nous qu’on parle. Ça vient de notre cœur, de nos tripes, c’est assez fort”, explique l’une des coachs.

Quant à la qualité de l’écriture, les scénaristes avaient l’air ravi du travail des participants : “Tous ont bien fait leur scénario. Ce sont des vrais scénarios avec des numéros de séquences, des retraits pour les textes, pour les dialogues… C’est juste extrêmement bien écrit. Pour les aider, ils ont utilisé un logiciel gratuit qui s’appelle CeltX. Maintenant, on attend le choix du jury, mais il y a vraiment de la qualité. Je me suis régalée à faire cette journée marathon”, a conclu Pascale Berlin-Salmon.

 

Les résultats du meilleur scénario seront annoncés ce vendredi 10 février lors de la cérémonie de remise des prix.

 

 

FIFO – Jenny Poehere Hunter