Actualites

Atelier écriture de scénario : l’envers du décor

Mardi après-midi, un atelier écriture de scénario a été proposé pour les amateurs. Un groupe d’une dizaine de personne d’âges et situations variés ont profité des bons conseils de la scénariste Sydélia Guirao. Profitant de l’occasion pour parler de son métier, elle a insisté : « ce n’est pas ce qu’on croit ».

Ils sont onze attablés devant la scénariste Sydélia Guirao. Ils ont tous les âges et des questions variées. Ils sont venus pour apprendre à écrire un scénario mais ont, selon leurs parcours et leurs projets, des attentes qui vont au-delà de la rédaction. Et ça tombe bien, l’animatrice est une professionnelle qui œuvre actuellement et depuis 2003 dans le monde de la fiction et des séries animées. Pour tous c’est l’avantage ! Ils peuvent comprendre à quoi ressemble une vie de scénariste. Ils obtiennent par ailleurs des « réponses précises » à leurs questions, ils profitent de « témoignages, d’exemples et d’expérience».

« Je commence en général par faire un tour de table pour savoir quelles sont les attentes des participants, leurs représentations, leur but respectif », résume Sydélia Guirao. « L’atelier est un atelier d’écriture de scénario, mais on ne peut pas tout dévoiler en quatre heures. Je pensais orienter mon intervention sur les personnages, sur la façon de les présenter et les décrire. Je vais plutôt rester sur l’histoire en présentant les ingrédients essentiels à l’écriture d’une histoire. » Les ingrédients ce sont, notamment, les objectifs des personnages, les enjeux, les conflits, les obstacles, la dramatisation. Et c’est ce que le groupe attend, précisément.

Choyer son public et sa communication

Un scénario est l’œuvre écrite par une ou plusieurs personnes qui permet la mise en production d’un film et sa réalisation. Cela peut-être un long-métrage de cinéma, un unitaire TV, une série télévisée ou mise en ligne sur la toile, un documentaire, un court-métrage. « Et, pour commencer, le scénariste doit s’interroger sur sa cible. Demandez-vous toujours pour qui vous voulez écrire », a insisté Sydélia Guirao à l’attention des participants en répétant par ailleurs que l’écriture n’est pas, ou plus, indépendante de la communication.

« Pourquoi pensez-vous qu’un livre marche aujourd’hui ? Parce que le public le connaît, qu’il l’a vu. » Sinon il se noie dans la masse des productions littéraires. « On a peut-être cent livres par mois qui sortent, il faut se démarquer, trouver le concept, l’idée qui te permet de sortir du lot. C’est la même chose pour les fictions, les films, les séries. » Elle affirme que 50% du budget d’un film américain est alloué au poste marketing.

Ombre et secret

Sydélia Guirao est scénariste. Elle a écrit plus de 300 scénarios de fiction et de séries animées. Elle travaille de Polynésie pour la France. « Ce que je sais des attentes des télévisions locales, c’est qu’en ce moment elles préfèrent plutôt les documentaires et reportages », indique-t-elle. Pour sa part, elle a mis ses commandes françaises entre parenthèse pour se consacrer à un projet japonais. Elle co-écrit un dessin animé long métrage avec un japonais pour le public du soleil levant. Mais elle n’en dit pas plus sur le sujet, les délais, le planning ou le timing. Écrire des scénarios c’est aussi, parfois, travailler dans l’ombre et le secret.

FIFO / Delphine Barrais