Actualites

Jouer aux apprentis reporters au FIFO

C’est une première au Fifo : un atelier reportage tv est animé par le réalisateur Are Raimbault. Après une présentation théorique, place à la pratique, les participants vont à la rencontre des festivaliers dans les allées de la Maison de la culture pour réaliser des interviews et des plans de coupe.

On en voit tous les jours à la télévision ou sur internet, mais comment réaliser un reportage ? Quelles sont les règles de base à connaître ? Les écueils à éviter ? Le réalisateur Are Raimbault, qui couvre notamment l’actualité culturelle du fenua pour l’émission néo-zélandaise Fresh, sur TVNZ, a répondu à ces questions, mardi après-midi, devant les six participantes de ce nouvel atelier proposé gratuitement dans le cadre du Fifo.

Équipées d’un smartphone et d’un carnet de notes, elles se sont mises dans la peau de réalisatrices et de journalistes tv. Il faut d’abord commencer par les trucs et astuces techniques : trouver un endroit calme pour réaliser ses interviews, multiplier les valeurs de plans, réaliser de beaux cadres… Il s’agit ensuite de se pencher sur l’aspect psychologique de l’interview tv : « Pour que les gens se livrent, qu’ils partagent leur ressenti, il faut qu’ils soient à l’aise », souligne Are Raimbault. Cela vaut aussi pour l’intervieweuse : Vaiearii, qui est venue avec sa tante, Juliana, passionnée par l’audiovisuel, se dit « très timide », alors aller vers les gens pour leur poser des questions n’est pas facile. C’est l’exercice pratique qui leur a été proposé : réaliser des interviews d’un artiste, d’un membre de l’équipe Fifo, et de quelques personnes du public.

De nouvelles compétences utiles pour les participantes

Pour plus de facilité, des équipes de deux ont été constituées. Volontaires, Hiriata et Ondine ont très vite obtenu l’interview d’un membre du jury, Hervé Boitelle, avant d’aller poser quelques questions aux membres de l’entreprise Matarai. Pour Hiriata, qui travaille dans une banque, cet atelier « permet de comprendre ce qui se passe derrière l’écran. On fait souvent appel à des prestataires pour réaliser de petites vidéos, on ne maîtrise pas nous-mêmes les codes, les différentes étapes de la production ». Ces quatre heures d’atelier ne lui suffiront sûrement pas à être capable de tourner seule les futures vidéos de son entreprise, mais elle sera en mesure de mieux exprimer ses souhaits et de juger le travail fourni. Venue « par curiosité » avant tout, sa binôme Ondine pense aussi pouvoir se servir de ses nouvelles compétences à l’avenir : « Je suis bénévole dans des associations, alors si je peux donner un coup de main en réalisant des petits reportages, ce sera sûrement apprécié. »

Instructif et ludique, l’atelier se révèle « motivant » pour Loïs, la plus jeune des participantes, âgée seulement de 15 ans. « Avec la réforme du lycée, on nous demande de commencer à réfléchir à ce qu’on veut faire plus tard, et le monde du cinéma m’intéresse, donc je voulais voir concrètement ce que c’était », explique-t-elle. C’est pour ça qu’elle s’est inscrite à tous les ateliers de la semaine ; elle pourra donc monter elle-même son reportage mercredi, lors de l’atelier dédié, tout comme Hiriata, Vaiearii et Juliana. Leur intervenant, Are Raimbault, fera un montage de son côté, et le résultat sera visible sur la page facebook du Fifo. D’autres ateliers reportage tv sont proposés toute cette semaine.

FIFO – Elodie Largenton