Actualites

Le doublage audio : un art méconnu

Ils font partie des incontournables au FIFO. Les ateliers sont de nouveau au programme de cette 16e édition. Ce mercredi 6 février, les festivaliers ont pu profiter du savoir-faire de Heimana Flohr lors de l’atelier doublage audio.  Reportage.

Dans un film, il y a l’image mais aussi le son. Une partie qu’en tant que spectateur on a tendance à oublier. Pourtant, elle est fondamentale et cache bien souvent des artistes aux talents multiples. L’année dernière, le FIFO avait organisé pour la première fois un atelier mixage audio afin de faire découvrir cet aspect au public du festival. Les participants y avaient alors appris à gérer les volumes et une méthodologie de travail.  Cette année, les organisateurs du festival ont décidé d’aller plus loin encore en proposant cette fois un atelier doublage. Aux manettes de cet atelier, le même artiste que l’édition précédente. Heimana Flohr est un ingénieur du son aux qualités artistiques reconnues.  Il a d’ailleurs collaboré sur Moana avec Disney USA. Après des études à l’école parisienne SAE (School of Audio Engineers), il est revenu au fenua pour lancer son entreprise. Enregistrement, mixage, mastering, prise de son, sound design, le métier n’a plus de secret pour lui. Aujourd’hui, il aime partager son savoir-faire avec un public. Neuf personnes composent l’assemblée de cet atelier du mercredi 6 février, qui se déroule au Cyberspace de la Maison de la Culture. Hommes, femmes, jeunes, moins jeunes… Il n’y a pas de tendance. Si, peut-être une seule : leur intérêt pour ce qui se cache derrière un film. « Tous les jours, on voit des films à la télévision et on ne prête pas attention à ce qu’il se passe derrière. J’avais envie de savoir et de découvrir cet univers ». Unanui, 27 ans, est formatrice en droit, elle est surtout animée par une soif de curiosité. Cette année, elle participe pour la première fois à un atelier du FIFO. Et elle compte bien tous les faire… « Aujourd’hui j’ai appris différentes étapes des doublages et des méthodes. J’ai des bases maintenant ».

Apprendre en se divertissant

Au programme du jour : apprendre une méthodologie de travail, découvrir des techniques, et avoir des réflexes pour doubler une vidéo quel que soit le sujet. « Dans le doublage, il y a un côté jeu de rôle, artistique, mais aussi technique. Il faut savoir être celui qui enregistre et se fait enregistrer, explique Heimana Flohr avant de poser une question importante : Quelle contrainte on peut avoir dans doublage ? ». « Les parasites ? »,  répond un participant. « Oui, il faut y faire attention mais pas seulement », intervient le professionnel. « Caler le son sur les lèvres », propose un autre participant. « Tout à fait et c’est très important, les mots doivent coller aux lèvres, et si ce n’est pas le cas, il faut changer », précise Heimana Flohr. Après avoir passé les premières heures à se familiariser avec le logiciel, les « élèves » ont pu s’amuser au jeu du doublage. Un micro est posé près de l’écran principal où est projetée une scène de film d’une minute, une scène tirée de la trilogie Seigneur des anneaux. Tour à tour, les participants viennent y poser leur doublage. Mais là, il n’est plus question de sauver le monde mais de burger, de poulet, de pizza… Le tout avec des expressions tahitiennes. Ce court scénario a été imaginé par les élèves. Et on peut dire qu’ils se sont bien amusés à l’écrire et surtout à le dire. Le résultat est hilarant. « C’était trop fun », confie Marie, 28 ans, le sourire aux lèvres. Cette assistante manager participe pour la première aux ateliers du FIFO, et elle ne regrette pas, bien au contraire. «  C’est génial que des professionnels prennent le temps de partager leurs connaissances avec des personnes, comme moi, qui n’y connaissent rien ! ». Teremu, 32 ans, partage son sentiment. Lui aussi a passé un moment divertissant et enrichissant. « J’avais déjà touché un peu au son il y a quelques années, mais là j’ai redécouvert en m’amusant. C’est agréable de partager cela avec d’autres personnes ». C’est bien là l’objectif de ces ateliers : faire découvrir, apprendre, s’amuser et partager.

FIFO – Suliane Favennec