Actualites

Les médias du Pacifique opèrent leur transition numérique avec succès

Il n’y a pas de réunion équivalente dans toute la région : chaque année, lors du Fifo, le colloque des télévisions océaniennes permet aux médias du Pacifique de se rassembler, d’apprendre à se connaître, de partager difficultés et idées novatrices. Ce 13e colloque invite à l’optimisme, le numérique facilite le partage des contenus et les relations entre les différents partenaires.

Des professionnels d’Australie, de Nouvelle-Zélande, des Îles Cook, du Vanuatu, ainsi que des territoires français du Pacifique se sont donnés rendez-vous une nouvelle fois au Fifo pour échanger, apprendre à se connaître et tisser ou renforcer des partenariats. La révolution numérique est en cours et le Pacifique n’est pas en reste. C’est ce qu’on a pu constater lors de ce 13e colloque des télévisions océaniennes. Il y a, par exemple, Coconut tv, une plateforme de mise en valeur de contenus de tout le Pacifique, qu’a présenté Lisa Taouma, directrice générale et productrice de Tikilounge. « On a été skotché ! La plateforme permet à des communautés de mettre en ligne des contenus, c’est très ouvert », raconte Gonzague de la Bourdonnaye, animateur du colloque, responsable de la communication et de la stratégie numérique de Nouvelle-Calédonie la 1ère. Cet outil existe depuis cinq ans, mais il est monté en puissance récemment. Ce dynamisme se retrouve aussi du côté de la radio, avec la wikiradio : chaque communauté, groupe de jeunes, association… peut créer sa web radio via une application qui fonctionne de manière très simple. « C’est un moyen d’agréger facilement des contenus à la carte, avec une option d’écoute en streaming. Ça donne la parole à des gens qu’on n’entend pas beaucoup, et ça permet en outre de valoriser les langues régionales », souligne Gonzague de la Bourdonnaye. L’outil est déjà en place en Guyane, notamment, et « l’expérience sera prochainement étendue au Pacifique », indique l’animateur du colloque. Autre exemple de ce que le numérique peut permettre de mettre en place dans la région pour renforcer la production et le partage de contenus : la télévision numérique NoA. Lancée en septembre dernier en Nouvelle-Aquitaine, la chaîne s’appuie sur la chaine locale France 3, mais casse les codes de la télévision traditionnelle en ouvrant ses portes aux non-journalistes et en allant là où les reporters ne se rendent pas généralement. « C’est très fédérateur, dynamique, et ça apporte des regards nouveaux tout en offrant une possibilité de reconversion à des catégories de personnel qui ont envie de challenges nouveaux et de terrain », précise Gonzague de la Bourdonnaye. Tous ces échanges, ces expériences, vont certainement donner des idées aux uns et autres. Grâce au développement des câbles numériques dans la région, il est de plus en plus facile et de moins en moins coûteux de monter des plateformes de contenus et de renforcer ainsi la visibilité du Pacifique.

Partager nos savoir-faire dans le domaine de la formation

Après cet échange d’expérience, les participants ont discuté des partenariats possibles à mettre en place, notamment dans le domaine de la formation. La Communauté du Pacifique (CPS) est claire, elle ne finance plus de formations. De manière générale, les financements publics diminuent, alors les chaînes doivent trouver d’autres solutions. Deux pistes sont avancées : le développement du e-learning et le partage de compétences. « Il faut repenser l’entraide, notamment sur les nouveaux métiers. Nous avons nos propres ressources, on peut donc mettre à disposition des personnels, partager nos savoir-faire », explique l’animateur du colloque. Il annonce aussi la création d’un groupe de discussion what’s app, qui va permettre aux membres du colloque d’être en contact tout au long de l’année et de pouvoir échanger de manière quasi-instantanée. Ça sera utile, par exemple, ces prochaines semaines pour les Jeux du Pacifique, qui auront lieu en juillet aux Samoa. Les chaînes pourront s’échanger des informations sur le dispositif mis en place pour la diffusion de cette compétition régionale. Il n’y a plus qu’à espérer que davantage de diffuseurs du Pacifique rejoignent la discussion et soient présents l’an prochain au Fifo pour le 14e colloque.

FIFO – Elodie Largenton