Le jury du FIFO 2015

PRÉSIDENT DU JURY

_MG_3521Jan Kounen

Réalisateur, producteur et scénariste – France

Après des études à l’Ecole des Arts Décoratifs de Nice, où il tourne ses premiers courts métrages, Jan Kounen officie en tant qu’assistant opérateur et réalisateur de vidéoclips et documentaires. En 1989, il se fait un nom avec le court métrage  » Gisèle Kérozène « , auréolé du Grand Prix de la catégorie au Festival du Film Fantastique d’Avoriaz.

Au début des années 90, Jan Kounen travaille beaucoup pour la publicité et signe deux nouveaux courts métrages très remarqués,  » Vibroboy  » et  » Le Dernier chaperon rouge « , ce dernier le voyant travailler avec Emmanuelle Béart. En 1996, il signe son premier long- métrage,  » Dobermann « , porté par Vincent Cassel.

Après le très controversé Dobermann, Jan Kounen part au Mexique et au Pérou, s’immerge dans la culture chamane et revient en 2004 avec le western  » Blueberry « , adaptation de la célèbre bande-dessinée de Jean-Michel Charlier et Jean Moebius Giraud dont il donne le rôle-titre à son complice Vincent Cassel. La même année, il poursuit son étude du chamanisme avec le documentaire  » D’autres mondes « . Après avoir signé  » Darshan – L’étreinte  » (2005), Jan Kounen change d’univers en 2007 en mettant en scène la comédie  » 99 Francs « , féroce satire du monde de la pub adaptée du best-seller de Frédéric Beigbeder et portée par Jean Dujardin. Réalisateur de clips publicitaires à ses débuts, Jan Kounen est parfaitement désigné pour le poste…

Après avoir participé au projet  » 8  » où il milite pour améliorer la santé maternelle dans le monde , il réalise  » Coco Chanel & Igor Stravinsky  » dans lequel il dépeint la liaison passionnée entre la célèbre couturière avec le compositeur russe. Porté par Anna Mouglalis et Mads Mikkelsen le film fait le clôture du Festival de Cannes 2009.

Il tourne actuellement plusieurs documentaires dont  » Vape Wave « , un film sur le phénomène mondial de la cigarette électronique. Jan Kounen plonge ainsi dans l’univers tentaculaire de la vape, et nous entraîne à la découverte de cette révolution culturelle.

 

MEMBRES DU JURY

Herman-VEHerman Van Eyken

Directeur de la Griffith Film School – Australie

Issu d’une formation en écriture de scénario, production et réalisation, Herman Van Eyken est aujourd’hui directeur de la Griffith Film School. Il a réalisé plus de 190 films – en lice dans les compétitions internationales des plus grands festivals de cinéma tels que Cannes, New York, Montréal et Vienne. Plusieurs de ses films ont reçu des premiers prix dans leur catégorie respective. Bon nombre de ses longs métrages ont été diffusés dans plus de 10 pays, dont l’Australie, le Canada, la France, l’Italie et Taiwan.

 

 

Kingston AndersonKingston Anderson

Directeur de la Guilde des réalisateurs australiens – Australie

 

 

 

 

 

 

DanPicDan Shanan

Directeur du Documentary Edge Festival – Nouvelle-Zélande

 

 

 

 

 

 

NouméaEmmanuel Tjibaou

Directeur de l’Agence de Développement de la Culture Kanak – Centre culturel Tjibaou – Nouvelle-Calédonie

Né le 17 mars 1976 à Nouméa, Nouvelle-Calédonie
Directeur de l’Agence de Développement de la Culture Kanak-centre culturel Tjibaou Emmanuel Tjibaou originaire de la tribu de Tiendanite à Hienghène, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie. Son père est Jean-Marie Tjibaou, figure politique du nationalisme kanak assassiné le 4 mai 1989. Sa mère est Marie-Claude Wetta, originaire de Ponérihouen, femme engagée dans la vie politique et sociale du pays.
Après un début d’études juridiques, il devient guide touristique au Musée de la Nouvelle-Calédonie en 1998. Il reprend ensuite ses études en 2000 avec une maîtrise et un DEA de langues océaniennes. En 2005, il termine sa deuxième année de doctorat à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) avec un sujet de thèse autour de la notion de parole puis est appelé à la tête du département Développement Culturel Patrimoine et Recherche à l’Agence de Développement de la Culture Kanak. En 2012, il est nommé directeur de cette même agence. Il est également professeur de littératures orales océaniennes à l’Université de la Nouvelle-Calédonie et préside le comité de pilotage du projet de loi de pays sur la protection des savoirs traditionnels et de l’expression culturelle kanak sous l’égide du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Jacques NavarroJacques Navarro-Rovira

Réalisateur et producteur – Polynésie française

Né en 1950, il est diplômé de l’ESSEC en 1973 date de la création de sa société de production parisienne « Les Films du Sabre », qu’il co-dirige jusqu’en 1993, date de l’entrée du groupe Expand dans le Groupe Sabre.
Il s’installe à Tahiti en 1995, pays qu’il connaissait pour y avoir effectué une mission de démarrage de l’ICA (Institut de la Communication Audiovisuelle) en 1984 et il se positionne rapidement comme producteur et réalisateur de programmes auprès des diffuseurs locaux (Polynésie 1ère et TNTV) à travers « BEAU GESTE », sa structure de production.

Membre fondateur et ex Président de l’ATPA (Association Tahitienne des Professionnels de l’Audiovisuel), il se spécialise dans la production et la réalisation documentaire à partir de 2006.
Il fait partie aujourd’hui des documentaristes confirmés du Paysage Audiovisuel Polynésien.

 

brigitte_olivier_thomas_terriThomas Teriiteporouarai

Grand reporter et Journaliste à Polynésie 1ère – Polynésie française

Rentré à RFO Polynésie en 1985 comme animateur radio et pigiste bilingue (français – reo ma’ohi). La même année, il est sollicité par la direction pour présenter une émission spéciale en télévision consacrée au IVème Festival des Arts du Pacifique, qui regroupait tous les pays et états insulaires de l’Océanie. Micro, caméra et âme résolument tournés vers ce continent, Thomas Teriiteporouarai devient journaliste et présentateur télé, métier à travers lequel il peut défendre et développer les valeurs du bilinguisme. S’il a passé la plupart de sa carrière en Polynésie, il a également su mettre ses compétences au service d’autres stations de France Télévisions : de 1998 à 2000, il est rédacteur en chef adjoint à Saint-Pierre et Miquelon avant de s’installer de 2000 à 2007 à Paris, où il présentera l’hebdo RFO sur France 3. De retour à Polynésie 1ère, le grand reporter tahitien présente les journaux télévisés en français et en tahitien ainsi que l’émission Atu Dire, tout en continuant à réaliser de nombreux reportages et magazines dans les deux langues.